Dernière danse ♫
Hello petit nouveau ! Te voilà sur Dernière danse et je suppose que si tu as ouvert la page c'est que le concept de ce forum te plais non ? Hum ? : ) Alors n'hésite pas à nous rejoindre, on mord pas et en plus on a tout plein d'avatar libre très sympas et nécessaire à l'avancée de l'histoire : D
En espérant te voir bientôt parmi nous si tu ne fais pas déjà partie de notre univers, si c'est le cas ; tu sais quoi faire mon chou ♥️



 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Helysa Queen Kramer's massacre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

Invité


« Invité »


MessageSujet: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 19:56





    Helysa Queen Kramer


    DELINQUANTS ET CRIMINELS

    Je suis venue au monde le quatorze février en mille neuf cent quatre vingt dix a New York, dans l’Etat de New York, mon géniteur Henz Kramer et ma mère Maria Queen ne me désiraient pas, du moins, ma mère si, mais voila pourquoi je l’appelle mon géniteur, comme elle fréquentait a la même période celui qui m‘élèvera avec elle, Henz pensais que je n‘était pas le fruit de leur amour, mais du mafieux, Gregory. Elle s’est ensuite mise avec l’homme qui m’a élevée, mon père Gregory Tozzi, lui, il avait des magouilles pas très nettes avec la mafia et il faisait également dans le trafique d’armes a l’étranger il me semble. Très vite, maman put me ramener à la maison, enfin, c’étais un grand appartement spacieux dans une très belle rue de New York, elle était fière de la chambre que Gregory m’avait préparé. J’ai grandis dans les quartiers de L’Upper West Side de New York, a l’âge de quatre ans je commençais des cours de piano, la musique m’a toujours passionnée. A l’école, personne ne m’embêtais, j’étais une petite fille très sociable et je ne cessais de parler, c‘est sans doute pour cela que les mères de mes amies invitaient sans cesse ma mère à boire le thé.

    J’entrais à peine au collège que tous les soirs je travaillais dans le bar de mon grand père paternel, Nonno, je servais les clients ce qui me permettais de passer un peu de temps avec la famille, Souvent deux hommes revenaient, ils parlaient avec mon père et plus d’une fois leurs discussions dérivaient et ils finissaient par se battre, bien évidemment comme c’était le bar de Nonno avant que tout cela ne dégénère vraiment ils se faisaient sortir, leurs noms ? Antonio Cavarelli et Mario Santoro, ce n’étais pas dur, ils étaient cul et chemise. Ce sont de petits escrocs qui s’amusaient à terroriser la population alors qu’ils étaient presque inoffensifs. Un soir, alors que j’avais dû rester a la maison avec maman pour étudier car les examens de fin d’année était le lendemain, mon père rentra très tard, et dans un très mauvais état. Il s’était battu avec les deux sales hommes du bar, ceux que je servais régulièrement, ils s’était battu, à quatre contre un. La situation commençait a inquiéter ma mère qui fit tout son possible pour déménager, et bien évidemment Nonno nous aida financièrement et nous trouva un toit, au Texas, nous partions après mes examens de fin d‘année.




    Avril 2005 -- Dallas, Texas, United States.
    07.15 Am
    Le jour ou tout à basculer...

    Je me rappelle que ma mère hurlait, elle a monté les escaliers aussi vite qu’elle pouvait, elle a soudainement ouvert la porte de ma chambre, me sommant de me cacher. Elle ouvrit une petit porte dont nous ne nous servions jamais, c’étais dans ma chambre, derrière une commode, cette pièce était vide. Elle plaqua ses deux mains contre mon visage, embrassant mon front, elle me jura que mon père et elle m’aimait, quoi qu’il leur arrive, elle me demanda que quoi qu‘il se passe je ne sorte pas de l‘endroit ou je me cacherais et que je devais rester silencieuse. La porte d’entrée fut défoncée, et de bruits de pas se faisaient entendre, un coup de fusil retentis. Ma mère me poussa dans la pièce secrète et je crevais de peur, il y avait des interstices entre le plancher qui ornais les murs de ma chambre. Ma mère eu a peine le temps de terminer de pousser la commode qu’un homme entrait dans la pièce armé d’un fusil a pompe sous mes yeux horrifiés, il tira trois coups en direction de ma mère qui avait eu le temps de se tourner vers lui, dans un hurlement elle s’effondra sur le sol. Je laissais mon dos glisser rapidement contre le mur, me bouchant les oreilles de toutes mes forces, les larmes roulaient sur mes joues. C’est ce jour la que j’ai cessé d’être naïve et que j’ai grandit avec cette claque immonde que la vie m’avait infligée. Pendant un instant tout devint silencieux, des bruit de verre brisés et de vaisselle cassée vinrent interrompre ce silence de mort, je me redressais lentement, folle de rage, folle de chagrin, morte de peur. Je regardais entre les interstices du planché et un deuxième homme entra dans la pièce, il était plus musclé et avait sa chemise blanche taché. Ces deux hommes là je les connaissais, ils avaient fait des affaires avec mon père, c’est d’ailleurs après ces affaires douteuses que nous avions quitté New York. Les deux hommes s’appelaient Antonio Cavarelli et le deuxième était Mario Santoro. Quelques minutes plus tard ils s’en allèrent, je sortais donc de ma cachette. Du moins, la commode bloquais ma sortie, et j’ignore encore comment mais j’ai réussis à ouvrir cette petite porte en donnant de violents coups contre cette sortie, depuis ce jour je m’étais juré qu’ils paieraient.

    Après cette lourde histoire je fus placée chez mes grands parents paternels, Nonno et Nonna m’accueillirent a bras ouvert, nous étions tous démoli par la perte de mes parents, ma mère était comme leur fille, il la connaissait depuis si longtemps. Le deuil fut très douloureux, j’étais au lycée mais je travaillait dans les bars alentour pour gagner un peu d’argent, naturellement j’étais épaulée par mon grand père qui m’aidait a trouver du travail, un soir dans me Griffith’s, j’étais restée plus tard parce que la salle était bondée, je reconnu ce rire, ce rire et cette tête de fouine, mes yeux se posèrent sur les assassins de mes parents, mon cœur se serra, ma gorge se bloquais et durant un instant les dures images du décès de mes parents hantèrent mon esprit, j’avalais ma salive, je les avait surveiller. Heureusement pour moi, Mario Santoro étais pédophile, il avait été arrêté à plusieurs reprises pour viole sur mineures, attouchements sexuels et j’en passe. Pendant plus de deux semaines je l’avais observé, je l’avais même suivi jusque chez lui, préparant ma vengeance avec haine. Un soir, j’avais finis mon service plus tôt, par hasard, le seigneur me donna une chance de me venger. Il s’arrêta près de moi et commença à me draguer, ni une ni deux, la haine résonnais dans ma tête, et je faisais tout comme je marchais dans son jeu, j’atterrissais chez lui en moins d’une heure. Je me rappelle qu’il s’absenta une minute, je fouillais aussi vite que je pouvais dans le tiroir de sa table de nuit, je cherchais une arme, quelque chose qui pourrais lui faire très mal. Je me levais et fouillais dans sa veste, je trouvais son arme, elle était chargée. J’étais do a la porte de la salle de bain quand ce dernier sorti, j’admirais l’arme, retirant le cran de sureté, il s’apprêtait alors à passer a l’acte, s’approchant lentement de moi. Soudainement je me retournais vers lui, le regard noir et je tirais dans son entre jambe, puis du mieux que je pus, visant la tête, je touchais la nuque, il se vidait de son sang en hurlant et je restais stoïque, le fixant. Un léger sourire se dessinait sur mon visage d’enfant désenchanté. Il y eu du remue ménage dans le couloir et la porte s’ouvrit violement, dans un sursaut et un geste incertain je tirais, les sourcils froncés et j’abattais Antonio Cavarelli, tout le chargeur de son arme y était passé. Morte de peur, je sortais par la fenêtre, emportant l’arme avec moi.

    Quelques années plus tard à mes dix neuf ans exactement je rencontrais un marin, il vivait à Quantico mais il était venu ici pour quelques semaines pour des vacances. Son nom, Jonathan Fitzgerald, il était beau grand, brun aux yeux marron gris. Finalement tout le temps de ses vacances nous avons passés tout ce temps ensemble, pendant plusieurs mois nous nous sommes envoyés des lettres et j’ai fini par le rejoindre avec la bénédiction de Nonno et Nonna, j’emménageais donc avec lui, et je tombais enceinte, après une grave dépression due a une dispute de couple un peu trop violente a mon gout, je me renfermais sur moi-même quittant Jonathan, j’allais m’installer a Jacksonville. Jonathan me retrouva, il voulait récupérer sa fille, il en était hors de question pour moi, une autre grave dispute se déroula chez moi, l’un frappa sur l’autre et vice versa jusqu’à ce que je lui brise une bouteille en verre sur le crâne, en panique j’appelais Nonno lui expliquant la situation catastrophique et même monstrueuse dans laquelle je m’étais mise. Deux jours plus tard quelques amis de mon grand père vinrent me rendre visite, et m’aidèrent à arranger toute cette histoire, Jonathan est toujours porté disparu et tout ces meurtres me pèsent sur la conscience, et si jamais mes secrets venaient à être découverts ?
    Depuis cette période j’ai déménagé à Washington ou je vis toujours, laissant ma fille à Nonna, attendant que les choses se calment, je vis grace à mon travail de secrétaire et pour arrondir mes fins de mois, je vends de la ganja que je fais pousser dans un placard chez moi.




    Helysa est une personne assez déterminée, elle sait ce qu’elle veut, et ce qu’elle vaut. C’est une personne faussement calme, elle aime prendre le temps d’écouter les autres, elle aime les aide, mais il ne faut pas lui pomper l’air si non elle s’enlever et tout cela dégénère. C’est également une personne calculatrice et manipulatrice, elle sait où elle met les pieds et elle adore pourvoir tout contrôler autour d’elle, bien que ce défaut ne sorte que très rarement. Disons simplement que la jeune femme fait partie de ses gens dit « bipolaires ». Bien que l’on dise d’elle qu’elle est dure a cernée, Helysa est simplement franche et droite, elle tente toujours de rester la tête hors de l’eau et de faire la part des choses. Malheureusement la jeune femme n’est plus naïve comme au bon vieux temps, elle a d’ailleurs perdue sa naïveté le jour de ses quinze ans. La jeune femme est une vraie pile électrique et un modèle de joie, elle n’est jamais pessimiste, son seul défaut, c’est que son regard ne sais pas mentir. Helysa déteste juger les gens qu’elle ne connaît pas, c’est un petit bout de femme généreux qui ne demande qu’à être entourée d’êtres bien veillant.



    © ce que vous portez
    DERRIERE L'ECRAN.
    " Je m'appelle Rebecca, je suis sur Terre depuis 17 ans et je le vis bien, enfin je crois, je vieillis quoi. J'ai connu le forum sur ♥ SUMMER NIGHTS ☮. Quoi !? Vous avez pas reconnu ma belle bouille ? Mais c'est Sarah M. Gellar, un adorable petit nuggets - ou pas - . Bref, mon perso est totalement inventé. "




Dernière édition par Helysa Q. Kramer le Jeu 28 Juil - 22:37, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas

•• Quand la vie ne tient plus qu'à un fil, c'est fou le prix du fil

avatar


♛ Sociable ? : 453
♛ Un p'tit boulot ? : Agents spécial du FBI au département des sciences du comportement.
♛ Conjoint(e) ? : Non, célibataire (aa)
♛ Age : 34 ans.

MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 20:21

Bienvenue : ) Contente que tu te sois inscrite ♥ Bonne continuation pour ta fiche et si tu as besoin, le staff est là pour répondre à d'éventuelles questions, envoies un MP soit à moi soit à Duke ; )

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

« Un chien se fiche éperdument des grosses voitures des belles maisons ou des vêtements de marque. Un morceau de bois mordillé ça lui va très bien. Les chiens se moquent que vous soyez riches ou pauvres, beaux ou laids, intelligents ou bêtes, donnez lui de l’amour et il vous en donnera. Combien d’humains sont capables de ça ? Combien de gens sont capables de vous donner le sentiments que vous compter vraiment pour eux ? Combien de gens arrivent à vous donner l’impression que vous êtes unique au monde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


« Invité »


MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 20:53

Merci beaucoup !
Revenir en haut Aller en bas



avatar


♛ Sociable ? : 75
♛ Un p'tit boulot ? : Libraire
♛ Conjoint(e) ? : Aucun
♛ Age : 21 ans

MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 22:34

Bienvenuuue parmi nous =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


« Invité »


MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 22:35

Merci Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

•• Quand la vie ne tient plus qu'à un fil, c'est fou le prix du fil

avatar


♛ Sociable ? : 453
♛ Un p'tit boulot ? : Agents spécial du FBI au département des sciences du comportement.
♛ Conjoint(e) ? : Non, célibataire (aa)
♛ Age : 34 ans.

MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 22:50

As-tu finis ta fiche ? : )

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

« Un chien se fiche éperdument des grosses voitures des belles maisons ou des vêtements de marque. Un morceau de bois mordillé ça lui va très bien. Les chiens se moquent que vous soyez riches ou pauvres, beaux ou laids, intelligents ou bêtes, donnez lui de l’amour et il vous en donnera. Combien d’humains sont capables de ça ? Combien de gens sont capables de vous donner le sentiments que vous compter vraiment pour eux ? Combien de gens arrivent à vous donner l’impression que vous êtes unique au monde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


« Invité »


MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 22:53

Oui Monsieur, cela convient-il ?
Revenir en haut Aller en bas

•• Quand la vie ne tient plus qu'à un fil, c'est fou le prix du fil

avatar


♛ Sociable ? : 453
♛ Un p'tit boulot ? : Agents spécial du FBI au département des sciences du comportement.
♛ Conjoint(e) ? : Non, célibataire (aa)
♛ Age : 34 ans.

MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 22:58

C'est parfais : )

J'ai le plaisir de t'annoncer que tu es validé(e) ! Tu peux désormais
    → Recenser ton personnage ici
    → Créer ta fiche de lien ici
    → Si tu es agent du FBI, il est impératif de créer ton bippeur ici
    → Si tu fais partis du commun des mortels tu peux créer tes communications ici
    → Pendre connaissance de l'intrigue en cours ici
    → N'oublies pas de demander un logement ici
    → N'oublies pas de voter sur les top-sites que tu trouvera sur la page d'accueil


Bon jeu ♥ On est heureux de te compter parmi nous ♥

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •

« Un chien se fiche éperdument des grosses voitures des belles maisons ou des vêtements de marque. Un morceau de bois mordillé ça lui va très bien. Les chiens se moquent que vous soyez riches ou pauvres, beaux ou laids, intelligents ou bêtes, donnez lui de l’amour et il vous en donnera. Combien d’humains sont capables de ça ? Combien de gens sont capables de vous donner le sentiments que vous compter vraiment pour eux ? Combien de gens arrivent à vous donner l’impression que vous êtes unique au monde ? »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Invité


« Invité »


MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Jeu 28 Juil - 23:01

Mercii Very Happy
Revenir en haut Aller en bas

    HOPELESS. memories.


avatar


♛ Sociable ? : 163
♛ Un p'tit boulot ? : duke travaille dans les corps des marines.
♛ Conjoint(e) ? : duke est célibataire, sa fiancée l'a quitté pour violences conjugales juste après son retour d'Irak, il y a trois ans.
♛ Age : duke est âgé de 24 ans.

MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   Ven 29 Juil - 10:37

Bienvenue parmis nous ♥ et désolée du retard.

• • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • • •


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




« Contenu sponsorisé »


MessageSujet: Re: Helysa Queen Kramer's massacre.   

Revenir en haut Aller en bas
 

Helysa Queen Kramer's massacre.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dernière danse ♫ :: Avant toutes choses ... ღ :: « Papiers s'il vous plaît ! » :: « Tout est en règle »-